Mona

Et maintenant ?

Et maintenant ?

Quand Mona s'est installée rue de Turenne, plus de 12 000 femmes se sont réunies. Ça fait beaucoup d'idées et beaucoup de projets en 3 mois. Pourtant, elles ne se sentaient pas toutes *entrepreneuses*.
Parce qu’au mot d'entrepreneuse, on associe souvent idée du siècle, levée de fonds et succès fulgurant. Un peu flippant. Alors qu’en fait, on n’a pas du tout besoin de lever un million d’euros pour monter un projet. Ni d’un business plan de 4 000 cellules Excel pour se lancer.

On veut continuer l’histoire de Mona avec vous toutes, en vous envoyant des idées, en organisant des rencontres, en vous proposant des solutions pour vos projets. Et on commence aujourd'hui avec les trois choses dont vous n’avez PAS besoin pour entreprendre. Détente.

1. Pas besoin d’argent pour entreprendre

Vous connaissez le « power of zero » ? C’est le fait d’entreprendre à partir de rien. Sans budget ni investisseurs ni connaissances techniques. Zéro. C’est le concept de Nancy Lublin dans son livre Zilch : the power of zero, qui montre comment entreprendre une activité même si on est fauché. Ça permet de développer sa créativité plutôt que d’être assisté par des experts ou des business angels. C’est un des livres fétiches d’Arianna Huffington et Diane von Furstenberg. Et c’est ce qu’ont fait les fondateurs d’Airbnb : le site Airbedandbreakfasta été sommairement créé en 48h par deux colocataires, designers au chômage qui avaient besoin de louer leur appart pour payer le loyer. Au tapis le business plan.

2. Pas besoin d’être au clair pour entreprendre

N’attendez pas d’avoir paaaarfaitement ficelé votre projet pour vous lancer. De toutes façons, votre concept va évoluer en cours de route et sera sûrement bien différent à l’arrivée. C’est le cas de Netflix, créé il y a 20 ans et qui n’était au départ qu’un service de location de DVD par correspondance. Doctolib ne s’adressait à ses débuts qu’aux professionnels et Criteo, leader en marketing publicitaire, était auparavant un service de recommandations de films… Les idées initiales s’adaptent, s’ajustent, grandissent. Et nous avec.

3. Pas besoin de lâcher son boulot pour entreprendre 

Commencez par créer un projet qui vous tient à cœur sur votre temps libre tout en restant salarié. Si ça ne marche pas, vous n’avez rien perdu et gagné un paquet d’expériences qui peuvent même enrichir votre job actuel. C’est d'ailleurs comme ça qu’est né My Little Paris. 

LA QUESTION À SE POSER ?

Si demain vous pouviez entreprendre, ne serait-ce qu’une toute petite chose sans forcément être déja en route vers la Silicon Valley, ça serait quoi ? Vous vous le dites ou vous nous le dites en nous l’écrivant ? Le formaliser, c’est déjà une façon d’avancer.